L’allure

Bientôt, cela fera deux mois que j’ai rejoint Maître dans Son nouveau logement de fonction. Sorti des études supérieures, Maître a depuis le mois d’avril une vie professionnelle. Pour Son travail, il a fallu que N/nous déménagions et cela a donné lieu à une séparation que N/nous avons mal vécu (cf. mon dernier article Absence de Maître : journal de bord de la dépendance et celui où Il en fait Son retour dans Conclusion de la conclusion).

Son nouveau travail N/nous permet (au-delà d’un équilibre financier pour le ménage) de vivre dans un endroit verdoyant qui apaise les maux. Il avait toujours été dans les plans de Maître que N/nous quitterions le Sud (et fuirions les villes) une fois N/nos études universitaires terminées – ou interrompues. Ces changements de vie me font beaucoup méditer sur les différentes « manières » dont s’exprime ma servitude en fonction des lieux et de leurs circonstances.

En tant que Son esclave, je dois suivre Maître pour Le servir partout où Il décide de s’établir. Aussi, je dois me plier au rythme qu’Il impose (ou qui Lui est imposé) afin de Le servir de la manière la plus achevée. L’allure de la vie de Maître étant par essence en mouvement, l’enjeu du service que je Lui dois est par conséquent sa constance qualitative.

Le premier soir, N/nous sommes arrivés aux alentours de 21 heures 30. Après la libération des animaux de leur cage de transport, Maître s’est couché. Je me suis récitée à Ses pieds, puis Il est allé dormir et m’a laissée déballer les affaires seule. Il avait fait 1 480 kilomètres en moins de deux jours, j’étais heureuse de pouvoir Le soulager.

Ce soir là, je fus couchée pour minuit trente.

Le lendemain, j’ai entrepris le grand nettoyage et déballé les affaires restantes – pas que le lieu n’avait pas été entretenu par Maître ou était sale, mais plutôt qu’il avait jusqu’ici manqué de mains asservies pour réaliser ces tâches féminines d’une manière plus régulière. J’ai passé beaucoup de temps à m’occuper des animaux perturbés. Aujourd’hui ils le sont moins, la chanson recommencera dans quelques mois car il ne s’agit que d’un emménagement transitoire.

Maître vivait dans cette petite maison depuis plus de 30 jours, Il y avait pris Ses habitudes. En tant que Son esclave, il est une évidence que Son allure est mienne également. Je devais rapidement m’adapter en fonction de Ses besoins pour Le servir de la manière la plus achevée – la médiocrité (qu’elle soit en terme de service ou d’obéissance) n’étant pas permise dans ce ménage.

Le matin, Maître se lève désormais plus tôt, vie professionnelle oblige. Son réveil est l’heure où je me récite en murmures hors rare ordre contraire de Sa part – silence ou autre servitude orale. Il se douche le matin comme avant, alors après qu’Il ait défait la chaîne de nuit je dois toujours me lever sans un mot pour préparer le tapis où je tiens Sa serviette de bain – les choses demeurent, seuls les décors changent.

Le commencement des journées au service de Maître suit toujours la même routine (ici décrite de manière fragmentaire, peut-être fera-t-elle un jour l’objet d’un article plus complet s’il est dans l’intérêt de Maître que ce soit le cas). Ce premier matin – n’ayant pas eu assez d’heures de sommeil – le réveil fut maladroit et j’ai manqué de me cogner en allant chercher Ses serviettes.

Finalement, peut-être que les seuls changements notables concernent les horaires et le paysage – ou bien je suis simplement dressée pour Le servir comme Il l’entend n’importe où, une qualité dont Maître ne manquera pas de se féliciter.

Quelques nouveautés ont quand même vu le jour ces derniers temps.

Concernant la servitude domestique, « mon » emploi du temps lorsque Maître travaille s’est trouvé fortement marqué (positivement – je suppose) par l’intégration des feuilles de calcul dans le quotidien.

Regroupées par catégories (hygiène de vie, instruction, corvées ménagères…) ou par fréquences (parfois par horaires pour certaines, journalières ou hebdomadaires pour d’autres), elles permettent d’ancrer que chaque semblant d’autonomie dans ma servitude lors de Ses absences soit sous Son contrôle. Elles facilitent également grandement les rapports et examens de Maître – il y en a ces temps-ci trois par jours.

Il y a quelques mois, Maître a ordonné que je m’instruise sur le faire soi-même – autant en terme de cuisine que sur les produits ménagers et d’hygiène. Les deux derniers mois ont comporté des essais fructueux, d’autres beaucoup moins – je ne maîtrise pas encore totalement le domaine.

Au-delà de l’indépendance vis-à-vis de certains produits, de la réduction des déchets et des économies engendrées, j’ai remarqué que la charge mentale du service – presque navrée de briser quelques fantasmes à ce sujet – se trouvait amincie par la lenteur exigée par ces nouvelles corvées qui viennent contraster avec la dureté d’autres.

Hors qu’il soit a priori gratifiant de faire soi-même (c’est généralement l’argument pour convaincre les personnes libres), ici cela me recentre sur l’évidence que chaque talent, chaque geste aussi insignifiant soit-il est au service du Maître – c’est la seule allure dont en tant que Son esclave j’ai véritablement besoin.

Publié par

esclave calliopée

Propriété 232-621-237 appartenant à Maestro Bap pour l'éternité.

Une réflexion sur “L’allure”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s