N/nos vœux

À l’orée de l’automne, est venue l’heure de prononcer N/nos vœux. Lui, de me juger accomplie et moi de jurer Le servir pour toujours. Après trois ans et demi à me dresser afin de Le servir de la manière la plus achevée, j’ai présenté mes vœux d’une appartenance absolue et sans faille.

Car je n’ai cessé de me construire en Vous,

N/nous devions N/nous rendre au château de Tornac pour pique-niquer. Ce projet a été rapidement avorté au matin même, les inondations ayant rendu le trajet impossible. Alors, j’ai demandé à Maître s’Il souhaitait repousser. La réponse fut sans appel. Non. Il avait décidé que ce serait aujourd’hui, alors se fut aujourd’hui. 19 septembre de l’an 2021. Merci Maître.

Maître a rapidement trouvé une solution. Il y a, près de la Cathédrale Saint-Pierre, le Jardin des Plantes. Ça sera là-bas. Lors de mes études, j’ai beaucoup étudié l’iconographie religieuse et j’aimais particulièrement celle du saint Pierre. Ce choix m’a rendue heureuse. Je ne porterai pas de perles mais serai au minimum apprêtée d’une petite robe blanche. J’avais même fait ma coiffure baptisée « Coiffure des grandes Occasions ». Elle dégage le visage (et la nuque, qui à ce moment-là ne sera bientôt plus jamais nue).

Car je n’aspire qu’à Vous rendre heureux,

N/nous N/nous sommes promenés et avons profité du début d’après-midi au Jardin. La cathédrale était fermée et O/on a trouvé ça étrange pour un dimanche. J’ai pensé avec nostalgie à mes cours d’architecture, j’aurais aimé visiter les chapelles latérales.

Maître fut charmé par un balcon et un banc en pierre – en ruines – après un voyage poussé dans le Jardin. Alors, j’ai installé mon petit coussin en velours sur le sol. Mes genoux l’ont suivi et j’ai disposé l’écrin de mon collier d’esclave sur le bord du banc avant de sortir mon carnet où étaient rédigés mes vœux. N/nous pouvions officier.

Il a initié. J’étais heureuse que N/nous ne soyons que tous les deux car N/nous étions pleinement N/nous-mêmes. O/on avait envisagé inviter quelques amis, mais N/nous souhaitions que ce moment n’appartienne qu’à N/nous. S’il y avait eu du monde, N/nous aurions dû faire abstraction d’eux. N/nous n’avions pas besoin de témoins et peu auraient compris le caractère sacré que revêtait l’évènement.

Vous contenter à chaque parole, chaque acte que je pourrais avoir ou faire,

Puis, j’ai prononcé mes vœux à Ses pieds. L’écriture avait été fluide, je n’avais pas écrit aussi naturellement depuis des années. Il faut avouer qu’en trois ans aux pieds de Maître et l’écriture journalière qu’Il m’impose ces derniers mois, j’ai pu acquérir un champ lexical satisfaisant de la servitude. Les mots prononcés résonnent encore et sont indélébiles.

Malgré l’appréhension injustifiée que mes vœux ne Lui conviennent pas, je savais que mes mots étaient justes et mesurés ainsi qu’en adéquation avec ce que N/nous vivons. Car N/notre relation s’exprimait déjà de cette manière, Maître était lucide dès les premières semaines d’échanges : Il me voulait à terme totalement asservie et possédée. Merci Maître de m’en avoir jugée digne.

N/notre cérémonie n’avait pas vocation à faire office de prophétie ou d’annonce, mais bel et bien de consacrer la réussite de Son ambition et de ce qui était déjà. Force est de constater que Maître est plus de ceux qui font avant d’acter les choses, pour mon plus grand bonheur. Attendre un effet quelconque de cet instant sur N/notre vie n’aurait fait que naître une préoccupation et aurait même pu aboutir sur un échec. Entre envisager devenir esclave, annoncer être esclave et l’être, il y a parfois tout un monde, voire plusieurs.

Les jours précédant N/nos vœux furent monastiques. Maître ne me battait plus, ni ne m’entretenait. Néanmoins, N/nos autres rituels demeuraient et mon service était centré sur l’aspect domestique. Je devais garder à l’esprit que c’était temporaire et ne surtout pas m’habituer à ne recevoir presque aucune douleur.

Pourtant, j’ai quand même nourri l’espoir qu’Il ne me batte plus jamais, ou du moins de manière plus sporadique. Je suis une allégorie de la naïveté. L’abnégation dont je fais preuve dans ces moments-là Lui importe trop pour qu’Il cesse de le faire.

Maître n’a pas jugé bon de me violenter avant N/nos vœux. Il avait néanmoins précisé que ce jour-là, ça ne ressemblerait en rien à tout ce que j’avais déjà connu. Il avait déjà reçu Son cadeau d’anniversaire (qu’Il a choisi, je n’ai pas le droit d’utiliser l’argent sans l’autorisation de Maître, ni de Lui offrir du matériel). Une canne en nerf de bœuf.

Jamais je n’ai été battue avec une telle violence. Au retour de N/notre après-midi, Il m’a mise sur le rebord de N/notre cheminée. J’ai reçu plusieurs coups qui en premier lieu se tenaient. C’est quand Il m’a traînée par les cheveux devant le canapé que j’ai su que les choses allaient s’altérer. Le carrelage était froid et j’étais déjà au bord des larmes. Je me remémorais les paroles qui n’étaient à ce moment-là seulement âgées de quelques heures.

Pour m’employer à Vous honorer à chaque instant de ma vie,

J’ai imploré, mon corps s’opposait à Lui et dansait encore et encore jusqu’à que je n’en puisse plus et capitule. Ma souffrance, à ce moment-là, était épouvantable. Mes larmes salées me brûlaient le visage. Les coups furent rudes, mordants, et m’ont marquée beaucoup plus profondément que dans ma chair. Jamais Il ne m’a tenue si fort. Jamais je ne me suis autant sentie au bord de l’évanouissement par Ses coups. Jamais je ne me récitais autant et avais prié si fort pour que ça s’arrête. Et pourtant, jamais je ne me suis sentie autant aimée par n’importe quel autre être humain sur cette Terre et Sienne.

Le contraste entre le début de la journée et le début de la soirée de cette même journée est incontestable. Cet Homme est celui que je sers pour le restant de ma vie, et je prie lorsque je me récite pour que celle-ci soit gracieuse avec N/nous. Maître a marqué un temps de pause lorsqu’Il me battait et je me suis étreinte contre Sa jambe. Il a pris Son appareil et Il a réussi à capturer en une seule image l’Amour d’une propriété envers son Propriétaire.

Car je Vous appartiens et ne prétends à rien d’autre que de Vous aimer pleinement,

Saint Pierre était l’apôtre chargé de garder les clés du Paradis. Maître est le gardien de ma liberté. Merci saint Pierre, car si ta cathédrale était fermée, le Paradis était bel et bien ouvert.

Merci Maître.

Publié par

esclave calliopée

Propriété 232-621-237 appartenant à Maestro Bap pour l'éternité.

3 réflexions au sujet de “N/nos vœux”

  1. oui, vous devez être entretenue, c’est la règle monastique..Tornac est une référence pour le milieu D/s, j’y suis allé plusieurs fois il y a 20 ans avec ma dernière soumise, elle s’était mis un cilice sur la cuisse droite, je trouvais cela très élégant..bravo à votre maître et une certaine admiration pour vous.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s